28 Février 2021 17:20

Test de Tiny Toon Adventures



Fiche technique
Console : NES
Développeur : Konami
Editeur : Konami
Type : Plateformes
Sortie France : 22 octobre 1992
Classification : Pour tous publics


"On est p'tits et gentils, et un peu barjots aussi. Et l'heure enfin est arrivée d'envahir vos télés." Si vous avez plus chanté que lu la phrase précédente, c'est que vous connaissez le dessin animé des Tiny Toons. Mais ils ont également rapidement débarqué sur une console de jeux vidéo, la NES, dans un sympathique jeu de plateformes. Retour sur leur premier succès vidéoludique.

Montana Max, l'éternel ennemi de Buster Bunny, a kidnappé Babs Bunny. Cet éternel provocateur a mis au défi Buster de venir la sauver avant qu'elle ne soit donnée à manger aux requins. Pour l'accompagner dans cette tâche, Buster pourra compter sur trois acolytes : Plucky Duck, Dizzy Devil et Furrball. En effet, sur les six univers (sorte de mondes divisés en plusieurs sous-niveaux) à parcourir dans le jeu, vous pourrez choisir au début de chacun d'entre eux lequel des trois accompagnera Buster. Ces personnages apportent leur personnalité : Plucky pourra voler, Dizzy tourbillonner, Furrball s'accrocher aux murs tandis que Buster, le héros principal, aura la possibilité de courir. Tous ont néanmoins des facultés communes et classiques pour un jeu de plateformes : se déplacer, sauter et avoir une marche un peu plus rapide.

L'ambiance de la série animée semble donc bien là et, dès le premier niveau, cela se confirme avec la musique qui n'est autre que le générique de la série. On regrette quand même qu'il serve de bande son quasiment à tous les premiers levels des univers. Heureusement que d'autres musiques, d'excellente facture, viennent accompagner les niveaux restants selon l'ambiance qu'ils véhiculent et que les bruitages sont sans reproche. La réalisation graphique du jeu est soignée, les univers très variés (on passe notamment par des zones montagnardes, des niveaux aquatiques jusqu'au château de Montana Max) et les mimiques des personnages apportent un plus à cet esprit cartoon. Maintenant que le décor global du jeu est planté, observons un peu plus en détails son contenu.

Les univers ont tous, à l'exception des deux derniers, une construction similaire : un niveau de plateformes, un nouveau niveau qui se termine par une "course-poursuite" avec Elmira, et l'ultime niveau de l'univers qui se conclut par l'affrontement d'un boss. Elmira est une petite fille qui adore les Tiny Toons... Un peu trop sans doute car elle ne relâche jamais les toons qu'elle parvient à attraper : le but est donc tout simplement de l'éviter quand elle court vers vous et de vite s'échapper vers la porte de sortie dès que celle-ci apparait. Quant aux boss à affronter, il s'agit de leur sauter dessus trois fois pour qu'ils abdiquent et vous laissent avancer jusqu'au prochain univers. D'ailleurs, la difficulté pour venir à bout de ces boss n'est pas très élevée même lorsque vous approchez de la fin du jeu. Cela contraste largement avec les épreuves de plateformes et des ennemis dans les niveaux classiques, surtout à partir du quatrième univers où des projectiles à éviter fusent vers vous dans toutes les directions. Il y a aussi ces séquences où rater un saut sur une petite plateforme vous fait tomber dans le vide, provoquant alors une chute mortelle... En réalité, si la difficulté du soft est relevée, c'est surtout parce que la moindre erreur est fatale : les "jokers", symbolisés par un cœur, sont très peu nombreux et il n'est pas possible d'en avoir plus d'un. Vous le perdez dès la moindre mauvaise collision avec un ennemi. Bien sûr, on pourrait avancer de manière plus prudente en allant plus lentement... mais on risquerait alors de se faire surprendre par le chronomètre qui atteindrait le fatidique chiffre zéro (et le jeu ne laisse pas beaucoup de temps pour flâner) et être du coup obligé de recommencer le niveau depuis le début. Ne vous méprenez pas, les Tiny Toons ont beau être mignons, ce ne sont pas des pied-tendres !

Heureusement que, dans toute cette difficulté, il y a quand même la possibilité de gagner quelques vies supplémentaires. Parfois, vous verrez des portes dans les niveaux : en les empruntant, vous rendrez visite à Hamton, un autre personnage de la série. Vous pourrez alors échanger 30 carottes (que vous obtenez dans les niveaux) contre une vie. Il existe bien un autre moyen d'en gagner mais il faut pour cela trouver un cœur et avoir toujours le précédent, autant dire que cela n'arrive pas souvent. D'autres bonus existent : une balle qui, en l'attrapant, change le personnage à l'écran (Buster ou l'un des trois personnages secondaires) et un chronomètre qui rend les ennemis statiques un court instant.

Grâce à cela, vous arriverez peut-être jusqu'aux deux derniers univers. L'avant-dernier, relativement simple, ne comporte qu'un niveau sans boss : dans celui-ci, il faut simplement trouver, à cinq reprises, Gogo Dodo, un autre personnage récurrent des Tiny Toons. Quant au dernier, le niveau de plateformes est très difficile, à l'inverse de l'affrontement final avec Montana Max. Mais, compte tenu des épreuves réalisées jusqu'à lors, vous aurez un malin plaisir à lui donner une bonne leçon et terminer ainsi le jeu. Un très bon hit NES qui comblera les fans des Tiny Toons et des jeux de plateformes en général.


Verdict final
Graphismes : 16/20
Sans atteindre des sommets de perfection, ils sont d'une réalisation plus que convenable pour la NES. Colorés et variés, ils vous immergent bien dans l'ambiance des différents univers du jeu. Certains héros et ennemis sont particulièrement bien dessinés.

Bande son : 14/20
Les musiques sont de bonne qualité mais celle qui sert de générique dans la série apparait bien trop souvent et ne colle pas toujours à l'ambiance du niveau. Les bruitages sont relativement discrets mais participent à l'ambiance aux bons moments.

Jouabilité : 17/20
La prise en main du jeu est immédiate quel que soit le personnage dirigé. Chacun a ses petites différences mais vous aurez vite fait de les assimiler. Une jouabilité finalement classique mais extrêmement efficace.

Durée de vie : 16/20
Le jeu n'est pas extrêmement long en soi mais la difficulté rallonge le temps nécessaire pour en venir à bout. Le soft offre en plus un bon niveau de rejouabilité, justifié par la présence des personnages secondaires : certains d'entre eux peuvent en effet atteindre des zones inatteignables par d'autres héros dans quelques niveaux.

Scénario : - /20
Montana Max a capturé Babs Bunny et Buster Bunny part la délivrer. Un scénario hyper classique qui ne sert que de prétexte pour lancer l'aventure. Il ne serait donc pas raisonnable d'attribuer une note à cette partie là.

Note générale : 16/20
Comme le dit la chanson, "les aventures des Tiny Toons sont là pour vous ravir". Au final, il en sort un classique jeu de plateformes mais dont l'ambiance bon enfant mérite qu'on s'y attarde. Loin d'être facile, ce jeu vous proposera quelques bonnes heures d'amusement et de souvenirs sur cette série qui semble depuis quelques années avoir été mise aux oubliettes.



Astuce : Un niveau bonus permettant de gagner 3 vies
Terminez le dernier d'un univers avec un nombre de carottes divisible par 11. Une fois de retour à la carte du monde, un vaisseau viendra vous capturer. En frappant Duck Vader trois fois, vous obtiendrez trois vies supplémentaires.

 

Le scénario du jeu
Comme indiqué dans le test, le scénario du jeu n'est pas très développé et se limite aux quelques séquences animées suivantes qui permettent également de profiter du générique de la série des Tiny Toons dont la musique reste toujours entraînante.

 

Galerie d'images
100 images sur le jeu à découvrir dans la galerie ci-dessous. Cliquez sur une image pour passer à la suivante. Les images suivent la chronologie du jeu.

Tiny Toon NES

Rédigé le 28/09/2011

© 2004-2021 GD Productions
Tous droits réservés