19 Septembre 2021 14:04

Test de Mr. Bones



Fiche technique
Console : Sega Saturn
Développeur : Zono Incorporated
Editeur : Sega
Type : Action / Plateformes
Sortie France : 1er octobre 1996
Classification : Pour tous publics


Mr. Bones, en voilà un jeu bien intrigant. Par la jaquette tout d'abord, sauf si en connaissez d'autres avec un squelette qui joue de la guitare. Puis, par le fait que le jeu tienne sur deux CD et non un seul comme la plupart des autres jeux de la console. Et enfin... par le jeu lui-même !

A peine la partie lancée, une séquence cinématique de quelques minutes est lancée. Dans celle-ci, vous faites connaissance avec le héros du jeu, Mr. Bones (ou M. Squelette si vous êtes anglophobe, ce qui ne devrait pas vous rassurer étant donné que le jeu est intégralement en anglais) qu'un sorcier a ressuscité. Tous les autres défunts du cimetière ont d'ailleurs subi le même sort et vont se soumettre au mage afin de prendre ensemble le contrôle du monde. Evidemment, Mr. Bones est différent des autres et semble encore avoir une conscience, à l'inverse de ses semblables, qui va lui permettre d'essayer de contrecarrer les plans du machiavélique sorcier.


Le sorcier, appelé DaGoulian, a la mainmise sur tous les squelettes du cimetière... sauf vous !

Notre héros va vite se faire repérer et se faire courser par les squelettes sous contrôle du mage. L'objectif du premier niveau est donc de s'échapper au plus vite du cimetière, sans se faire prendre et en évitant les obstacles. Le rendu graphique du niveau est très réussi : les développeurs ont pris parti d'utiliser la 2D, un choix atypique à l'époque des consoles 32 bits qui ne juraient plus que par les jeux 3D.


Echappez-vous vite mais attention aux tombes et grillages qui vous gênent, aux trous et aux projectiles que les squelettes ennemis derrière vous envoient.

Les premiers éléments de gameplay apparaissent alors. Outre la classique possibilité de sauter, vous constaterez qu'une barre d'énergie est affichée en haut à droite, formant le mot "Bones" avec les os du personnage. Comme dans tous les jeux, se faire toucher fait baisser la barre d'énergie... mais ici, cela fait aussi perdre un os au personnage ! Ainsi, son apparence ne sera plus la même, de même que ses capacités. Selon les os perdus, Mr. Bones avancera différemment, sautera moins haut ou ne pourra plus utiliser son arme. On peut cependant trouver des membres ici et là dans les niveaux... encore faut-il qu'ils puissent se rattacher correctement au squelette. Bien sûr, si vous perdez tous vos os, ce sera un Game over.


Si vous perdez toute votre énergie, vous passerez du côté obscur de la force... et reviendrez au menu principal. Il n'y a en effet pas de système de vies dans le jeu. Néanmoins, votre progression est enregistrée automatiquement et vous pouvez ainsi repartir du dernier niveau auquel vous avez échoué.

Le jeu est doté de 22 niveaux qui nous font traverser des environnements variés, tels une forêt ou un lac gelé. Certains sont entrecoupés par des cinématiques qui donnent ainsi une progression logique à l'histoire. Celles-ci ne manquent d'ailleurs pas d'humour et peuvent déboucher sur un mini-jeu dans la même continuité humoristique.


Mr. Bones est un ancien joueur de blues et ne dit-on pas que la musique adoucit les moeurs ? Le but de ce mini-jeu assez simple est de convertir tous les squelettes ennemis (yeux rouges) en squelettes alliés (yeux bleus), grâce à la puissance de votre guitare.

Si certains mécanismes de jeu se retrouvent dans chaque niveau, beaucoup apportent un côté innovant, ne laissant pas le temps à la lassitude de s'installer. On trouve ainsi des niveaux en 3D, d'autres où l'écran défile tout seul imposant ainsi le rythme de progression. Musicalement, c'est là aussi une grande réussite et cela colle à chaque fois à l'action : on ressent parfaitement dans la musique l'angoisse d'une course-poursuite dans le premier niveau ; une ambiance beaucoup plus zen dans les niveaux de la forêt. Bref, encore un point positif au jeu.


Ce niveau a un scrolling qui avance tout seul. Le but est d'éviter les troncs de bois qui roulent au sol ou rebondissent sur la pente. Dans ce dernier cas, l'ombre du tronc porté au sol permet de le situer et d'éviter à Mr. Bones de se faire écraser.


Verdict final
Graphismes : 17/20
Les décors et personnages sont réussis, autant dans le jeu que dans les cinématiques, les niveaux en 2D et ceux en 3D. A noter quelques légers ralentissements quand le nombre d'objets animés à l'écran est important.

Bande son : 18/20
La musique immerge parfaitement le joueur dans l'ambiance du niveau. Le casting pour le doublage des voix des personnages dans les cinématiques (uniquement en anglais malheureusement) est de qualité. Un gros travail a aussi été fait sur les bruitages, notamment ceux des ossements.

Jouabilité : 16/20
Les actions que le personnage est capable d'accomplir sont assez faibles mais le jeu a la bonne idée de proposer un gameplay différent régulièrement, renouvelant ainsi constamment l'expérience de jeu.

Durée de vie : 17/20
22 niveaux auxquels il faut ajouter les nombreuses cinématiques que l'on prend plaisir à regarder (c'est à cause d'elles que le jeu tient sur 2 CDs). Le jeu peut par ailleurs s'avérer coriace à certains endroits. Comptez une bonne dizaine d'heures pour en venir à bout.

Scénario : 18/20
Rares sont les scénarios développés dans les jeux de plateformes. Dans Mr. Bones, celui-ci occupe presque une place aussi importante que le jeu en lui-même, les cinématiques étant très fréquentes. Seul regret : l'absence de doublages en français (ou à défaut, de sous-titres), ce qui en gênera sûrement certains.

Note générale : 17/20
Mr. Bones est vraiment une belle surprise de la Sega Saturn. Malheureusement pour lui, l'échec de la console l'a condamné à rester un jeu anonyme. A l'heure où le rétrogaming est à la mode, Mr. Bones mérite maintenant qu'on lui porte l'intérêt qu'il n'a pas eu à sortie d'origine.

 

Rédigé le 06/08/2014

© 2004-2021 GD Productions
Tous droits réservés