29 Novembre 2021 06:51

La saison 2012-2013 avec les aiglons

Les recrues 2012-2013 de l'OGC Nice

La saison 2012-2013 restera gravée à jamais dans les annales de l'OGC Nice et de ses supporters. C'était en effet la dernière saison au cours de laquelle les aiglons évoluaient dans le mythique stade du Ray. Retour sur une saison chargée en émotions et en exploits sportifs...

Logo OGCNice

Sommaire :
L'avant-saison des aiglons
L'effectif 2012-2013
Des premiers matchs encourageants
Une jeunesse en or
L'envol des aiglons
Et l'Europe maintenant ?
La galerie photos de la saison
Les adieux au stade du Ray

L'avant-saison des aiglons

Les aiglons reprennent l'entraînement le 2 juillet 2012 en vue de la préparation du championnat de Ligue 1 dont le premier match contre Ajaccio est programmé le 11 août 2012 au stade du Ray. Les joueurs emblématiques de la saison passée, comme Didier Digard ou l'argentin Renato Civelli, sont rejoints par de nouvelles têtes : Timothée Kolodziejczak, Eric Bauthéac, Joris Delle et Romain Genevois (cf. première image) sont les quatre premières recrues de l'OGC Nice.

Certains jeunes du centre de formation et vainqueurs de la coupe Gambardella la saison passée rejoignent également l'effectif professionnel : c'est le cas de Fabien Dao Castellana, Alexy Bosetti, Moussa M'Bow, Mouez Hassen, Stéphane Bahoken et Cyril Hennion.

Claude Puel
Le nouveau coach des aiglons, Claude Puel, désormais en rouge et noir.

L'effectif est ainsi considérablement rajeuni puisqu'on enregistre dans le même temps les départs des expérimentés Julien Sablé, François Clerc, Anthony Mounier, entre autres, et les fins de carrière forcés de David Hellebuyck et Emerse Faé pour des raisons médicales. Un choix que revendique pourtant le nouvel entraîneur, Claude Puel, qui voit en ces jeunes un potentiel qui permettra au club, à terme, de se développer et viser le haut de tableau du championnat.

Il faut dire que, du côté des caisses, l'OGC Nice est quelque peu en difficulté et ne peut pas se permettre des folies comme l'a fait dans le même temps le Paris Saint-Germain en enrôlant Zlatan Ibrahimovic. Une donnée économique que l'ancien coach de l'AS Monaco et de l'Olympique Lyonnais avait bien entendu connaissance avant son arrivée, ce qui confirme son rôle de bâtisseur.

Mais revenons-en plutôt à la situation des aiglons sur le plan sportif. Après un stage de préparation intensif à Aix-les-Bains, les niçois participent à des matchs amicaux afin de s'habituer au nouveau schéma tactique de Claude Puel. La première rencontre contre Bordeaux s'achève sur un match nul (1-1) ; les Girondins ouvrent le score avant que Nice ne revienne à la marque grâce à un but de Fabrice Abriel.


L'équipe niçoise ayant démarré la rencontre, avec le nouveau maillot domicile.

La rencontre suivante a lieu contre Montpellier, tenante du titre de champion de France ; une équipe dont l'effectif est d'ailleurs restée assez stable malgré le départ d'Olivier Giroud et le recrutement de l'ancien niçois Anthony Mounier. Après avoir encaissé un but dès la quatrième minute, les aiglons reviennent au score à deux minutes de la fin du temps réglementaire grâce à un superbe retourné acrobatique de Renato Civelli. Malheureusement, les pailladins reprennent l'avantage peu après, suite à une sortie un peu hasardeuse du jeune gardien Mouez Hassen. Malgré la défaite et même si tout n'est pas encore au point, le coach constate les progrès et reste confiant pour la suite.

Didier DigardRetourné acrobatique de Civelli
Didier Digard et ses coéquipiers portent pour la première fois leur nouveau maillot extérieur.
En fin de rencontre, Renato Civelli réalise une magnifique bicyclette.

C'est à un derby auquel les niçois vont ensuite participer, contre l'AS Monaco dont l'objectif est de rejoindre l'élite après avoir passé une première saison éprouvante en Ligue 2. Mais dès l'entame de la seconde période, les aiglons encaissent un but qu'ils ne parviennent pas à remonter ; les monégasques s'imposent donc par le plus petit des écarts, au terme d'une partie équilibrée. Ce match a aussi été l'occasion pour les niçois de vêtir leur maillot third.


Le onze de départ niçois, avec le nouveau maillot third.

L'OGC Nice poursuit sa préparation en se déplaçant en Algérie pour y affronter le club sportif constantinois. Une rencontre historique pour laquelle près de 60.000 supporters de Constantine se sont rassemblés. Malgré cet engouement très impressionnant des locaux, Nice parvient à dominer sans trop de difficulté son adversaire et s'impose sur le score de trois buts à un, avec des réalisations signées Traoré, Monzon et Coulibaly.


Didier Digard et ses coéquipiers dans un stade chauffé à bloc.

Les niçois reviennent au pays et affrontent l'AS Saint-Etienne pour leur avant-dernier match de préparation. Dominés durant les 45 premières minutes, les niçois vont faire surface en seconde mi-temps au cours de laquelle Abraham Guié Guié va inscrire le seul but de la partie, sur une contre-attaque bien menée.

Fabien Dao CastellanaRenato Civelli
Fabien Dao Castellana a été l'auteur d'une partie très sérieuse.
En fin de match, Renato Civelli félicite Abraham Guié Guié pour son but.

Pour conclure leur préparation, les aiglons accueillent Fulham, équipe évoluant dans le championnat anglais, dans l'enceinte du Ray. Un match de gala aux saveurs d'Europe dont le Gym aimerait bien goûter dans les prochaines années. Mais, à l'heure actuelle, la différence de niveau entre les deux formations se fait vite sentir. Les aiglons ont eu beau se procurer de nombreuses occasions pendant la partie, les anglais font preuve de beaucoup plus d'efficacité et s'imposent finalement quatre buts à rien.


Les poignées de mains avant la rencontre, Joris Delle en tête.

Dario Cvitanich
L'attaquant Dario Cvitanich signe un contrat de trois ans en faveur de l'OGCN.

En début de semaine suivante, le Gym compte une nouvelle recrue dans ses rangs, en la personne de Dario Cvitanich, en provenance de l'Ajax Amsterdam. Le joueur argentin rejoint ainsi son compatriote Renato Civelli dans l'effectif niçois.

Dario Cvitanich

En dehors du bilan assez mitigé en terme de résultats de ces matchs de préparation, Claude Puel a pu se faire une idée des joueurs et de leurs qualités. Certains joueurs à vocation défensive ont ainsi été testés en attaque et réciproquement ; des tests de polyvalence utiles puisque le coach niçois sait qu'il ne pourra compter que sur un effectif plutôt limité en nombre et qui pourront donc lui éviter des paris hasardeux en cours de saison. C'est maintenant aux aiglons de montrer ce dont ils sont capables...

Nemanja Pejcinovic, Mahamane Traoré et Eric Bauthéac
Nemanja Pejcinovic, Mahamane Traoré et Eric Bauthéac donnent le départ de cette nouvelle saison de Ligue 1 sous les couleurs du Gym.

 

L'effectif 2012-2013

Joueurs de l'effectif niçois 2012-2013
Statistiques fournies par lfp.fr basées uniquement sur les matchs de Ligue 1

Légende :
Joueur arrivé au club au mercato hivernal
Joueur parti du club au mercato hivernal

Photo de l'effectif niçois 2012-2013

 

Des premiers matchs encourageants

Pour son premier match de championnat, l'OGC Nice reçoit l'AC Ajaccio, une équipe que Nice avait dominée 3-0 la saison passée sur son terrain. Mais une statistique inquiète déjà les pessimistes : l'OGC Nice n'a en effet plus remporté un premier match de championnat ayant lieu au Ray depuis la saison 2001-2002 (le Gym évoluait alors en deuxième division, avant de retrouver l'élite à son terme). Et cette statistique sera encore valable l'année prochaine puisque Nice s'incline sur le score de 1-0 en ce samedi 11 août 2012.

Les niçois ont pourtant eu une large possession du ballon mais le manque d'efficacité à percer le rideau défensif corse aura été fatal. Un pénalty manqué par Fabian Monzon (dont c'était ce soir la dernière apparition sous le maillot azuréen) en milieu de seconde mi-temps anéantit définitivement les espoirs de voir les niçois revenir dans ce match.

Nurenberg et Gonzales à l'honneur
Pour le premier des 19 derniers matchs au stade du Ray, les supporters font honneur à des anciens grands joueurs ayant mouillé le maillot niçois.

Joris Delle
Joris Delle a été l'auteur d'un grand match, avec de nombreux arrêts décisifs.

L'OGC Nice se déplace ensuite à Valenciennes dans l'espoir de faire un bon résultat afin de lancer sa saison. Les aiglons dominent la première mi-temps et se font quelques frayeurs par la suite mais un impérial Joris Delle permet à Nice de ne pas prendre une douche froide. C'est donc sur un score nul et vierge que cette partie s'achève.

Les niçois ont pourtant eu plus la possession du ballon que leur adversaire mais l'animation offensive et le réalisme devant le but ont une nouvelle fois fait défaut.

Heureusement, de bonnes nouvelles allaient attendre les supporters du Gym la semaine suivante avec l'arrivée de nouveaux joueurs à vocation offensive.

Le jeune attaquant de l'Olympique Lyonnais, Jérémy Pied, s'engage en faveur du Gym pour les quatre prochaines saisons. Cette arrivée n'a pu être enregistrée que par le départ de Fabian Monzon vers Lyon à laquelle les Gones ont ajouté une indemnité de transfert. Quelques heures avant, Valentin Eysseric, qui évolue au poste de milieu de terrain, était prêté par l'AS Monaco.

Jérémy PiedValentin Eysseric
Jérémy Pied (à gauche) et Valentin Eysseric (à droite) s'engagent en faveur du Gym.

Mais ces nouvelles recrues, tout comme Dario Cvitanich, n'allaient pas encore être qualifiées pour le match face à Lille, leur contrat n'étant pas encore homologué par la Ligue de Football Professionnel. Cela n'a pas empêché les aiglons de faire un bon match et de glaner le point du match nul, chacune des équipes ayant inscrit deux buts. Sans un impérial Mickaël Landreau, le Gym aurait même pu décrocher sa première victoire de la saison.

Eric BauthéacLe salut au public
La joie d'Eric Bauthéac, auteur du second but niçois.
En fin de match, les joueurs viennent saluer leur public, toujours fidèle.

Un autre match compliqué attend les niçois la semaine suivante, ceux-ci se déplaçant à Bordeaux. Pouvant compter sur ses dernières recrues, et notamment Valentin Eysseric, le Gym réalise un bon match contre les Girondins et repart avec le point du match nul, le score final étant de 1-1.

Alexy Bosetti, Mahamane Traoré, Valentin Eysseric
Auteur de l'égalisation niçoise, Mahamane Traoré fête son but avec Alexy Bosetti et Valentin Eysseric.

Kévin Diaz
Kévin Diaz signe un contrat d'un an (plus deux en option) à l'OGC Nice.

Le mercato estival arrive à sa fin quelques jours plus tard. Dans les derniers transferts, on enregistre les départs de Kafoumba Coulibaly et de Franck Dja Djédjé, ainsi que le prêt d'Abraham Guié Guié. Côté arrivées, Kévin Diaz (milieu de l'AS Monaco) rejoint l'effectif.

La moyenne d'âge du groupe est alors de 23.5 ans, l'une des plus jeunes de toutes les équipes de Ligue 1 cette saison.

A l'issue de ces quatre premières journées de championnat, le Gym compte trois points et pointe à la 16ème position du classement. Une première trêve pour cause de rencontres internationales arrive alors et va permettre aux recrues récentes de s'intégrer au groupe et travailler certains automatismes de jeu.

 

Une jeunesse en or

Valentin Eysseric
Valentin Eysseric est l'une des jeunes recrues déjà convaincantes de cette saison.

Le Gym va enfin être récompensé de ses efforts, la journée de championnat suivante. L'OGC Nice reçoit Brest pour le compte de la cinquième journée de Ligue 1, le 15 septembre 2012.

Après une première mi-temps peu intéressante de part et d'autre, le match s'emballe au retour des vestiaires. Camel Meriem marque rapidement le premier but de la rencontre et sera imité par Nemanja Pejcinovic, Eric Bauthéac et Valentin Eysseric. Les brestois réduisent le score par deux fois mais Nice remporte finalement le match sur le score de 4-2.

En fin de rencontre, Claude Puel donne quelques minutes de jeu à Neal Maupay, attaquant âgé de seulement 16 ans, faisant de lui le plus jeune aiglon à avoir porté les couleurs rouges et noires en professionnel dans l'histoire du club.

Camel Meriem, buteur contre Brest
La joie de Camel Meriem après son ouverture du score, félicité par ses coéquipiers.

Pour la journée suivante, l'OGC Nice va à nouveau affronter un adversaire breton mais sur les terres de Lorient, cette fois. Equipe surprise de ce début de championnat, les merlus n'ont perdu aucun de leurs six premiers matchs. Nice a manqué de peu de créer l'exploit : mais après un superbe but inscrit par Camel Meriem en fin de première mi-temps, les lorientais parviennent à égaliser à quelques minutes du coup de sifflet final. Score final : 1-1.

Camel Meriem, buteur contre Lorient
Camel Meriem, encore une fois décisif dans ce match contre Lorient.

Quelques jours plus tard, le Gym met entre parenthèses le championnat pour se consacrer aux seizièmes de finale de la Coupe de la Ligue. L'adversaire n'est pas inconnu puisqu'il s'agit de... Brest. L'affrontant sur ses terres cette fois-ci, Nice domine le match et s'impose à nouveau sur le score de 4-2, Dario Cvitanich ayant inscrit deux des quatre buts du Gym.

Dario Cvitanich, buteur contre BrestValentin Eysseric, buteur contre Brest
Dario Cvitanich vient d'inscrire ses deux premiers buts dans une compétition officielle française.
Valentin Eysseric est l'auteur du quatrième but niçois grâce à un retourné acrobatique bien exécuté.

Jérémy Pied
Jérémy Pied salue le public niçois.

Retour au championnat où l'OGC Nice accueille le SC Bastia, dans un match sous haute tension. Les argentins Cvitanich et Civelli font parler leur talent et inscrivent les deux buts niçois de cette partie. Mais les corses parviennent à en faire autant et les aiglons doivent donc à nouveau se satisfaire du point du match nul. Score final : 2-2.

Les supporters de la populaire sud

L'OGC Nice n'avait plus connu la défaite depuis la première journée de championnat et cette huitième journée va donc marquer la fin d'une série. Les aiglons s'inclinent en effet trois buts à un face au promu rémois. Dario Cvitanich a sauvé l'honneur des niçois qui, trop fébriles en défense, ont concédé deux buts dans les cinq dernières minutes du match.

Les supporters niçois à Reims
Près de 200 supporters niçois ont fait le déplacement à Reims.

Réception de l'AS Saint-Etienne pour la journée de championnat suivante. Les verts, dominés par les niçois en première période, encaissent un but dans la première demi-heure de jeu. Malheureusement, l'OGC Nice ne parvient pas à conserver cet avantage en seconde mi-temps et est rejoint au score. Le Gym doit donc se satisfaire à nouveau du match nul, alors que la victoire était à la portée du pied de Dario Cvitanich qui a manqué un pénalty en fin de rencontre.

Eric Bauthéac, buteur face à Saint-Etienne
Eric Bauthéac, auteur du seul but niçois dans cette rencontre.

C'est déjà la 10ème journée de championnat et l'OGC Nice se déplace chez le champion de France en titre, Montpellier, auteur d'un début de saison médiocre par rapport à son statut. Malgré cela, Nice encaisse trois buts, sur trois énormes erreurs défensives (dont un but contre son camp de Civelli). Seule satisfaction de la soirée : le but de Dario Cvitanich sur pénalty, qui exécute parfaitement sa panenka. Score final : 3-1.

La panenka de Cvitanich
La panenka de Dario Cvitanich est parfaitement exécutée mais arrive trop tard dans le match pour que Nice puisse espérer refaire son retard.

Nice a du mal en championnat ces dernières semaines et va retrouver une autre compétition, en jouant les huitièmes de finale de la Coupe de la Ligue contre Lyon. Le jeune Neal Maupay est titulaire pour la première fois de sa carrière dans une rencontre professionnelle. Face à l'armada lyonnaise, Nice domine ce match du début à la fin et s'impose logiquement sur le score de trois buts à un. Valentin Eysseric sur pénalty, Mahamane Traoré et Renato Civelli ont marqué pour le Gym.

But de Renato Civelli contre Lyon
Renato Civelli marque le troisième but de Nice, au bout d'à peine un quart d'heure de jeu.

Retour au championnat où les aiglons vont devoir confirmer leur bonne dernière prestation en prenant les trois points contre Nancy, lanterne rouge du championnat. Malgré la fatigue du dernier match, le Gym s'impose sur le score de deux buts à un, avec des réalisations niçoises signées Mahamane Traoré et Eric Bauthéac.

Ouverture du score de Traoré face à Nancy
Mahamane Traoré est le premier aiglon à avoir trouvé le chemin des filets dans cette rencontre.

L'OGC Nice se déplace à Marseille pour le compte de la douzième journée. Une rencontre difficile puisque l'OGC Nice n'a plus pris un seul point chez les olympiens depuis août 2007, où l'OGC Nice s'était imposé deux buts à zéro. Complètement dépassés en première période, les aiglons sont bien heureux de n'être menés que d'un but à la pause. La seconde période est toute autre puisque Nice la domine largement. Nice et Marseille se séparent sur le score nul de deux buts partout, Dario Cvitanich puis Fabrice Abriel ayant marqué dans cette rencontre.

Cvitanich, à nouveau buteur contre l'OM
Dario Cvitanich, le véritable renard des surfaces.

Pour le compte de la 13ème journée du 18 novembre 2012, l'OGC Nice reçoit le Toulouse FC. Dans un match assez serré, c'est finalement Dario Cvitanich, encore lui, qui permet aux aiglons de l'emporter sur le plus petit des scores.

Dario Cvitanich face à Olivier Blondel
Astucieusement placé sur ce coup franc, Dario Cvitanich ne laisse aucune chance au gardien adverse.

Un déplacement périlleux attend les niçois la semaine suivante. Depuis leur remontée en Ligue 1 en 2002, ces derniers ne sont en effet jamais parvenus à s'imposer sur la pelouse du FC Sochaux-Montbéliard. Mais la série va prendre fin : nettement supérieurs, les aiglons ne vont pourtant parvenir à concrétiser leur domination que sur un pénalty de... Dario Cvitanich bien sûr.

Camel Meriem face à Sochaux
Camel Meriem n'a pas fait de cadeau à son club formateur.

Un match en milieu de semaine est souvent un match de coupe. Il s'agit là des quarts de finale de la Coupe de la Ligue avec, une nouvelle fois, un déplacement à Montpellier et, avec un effectif nettement remanié, le parcours des niçois dans cette compétition va s'arrêter sur cette défaite de trois buts à deux.

Alexy Bosetti
Malgré le premier but en professionnel d'Alexy Bosetti, les niçois ne vont pas échapper à l'élimination.

Quelques jours plus tard, c'est un gros morceau qui attend les niçois. Le Paris Saint-Germain, promis au titre avec son budget illimité, se rend dans un stade du Ray en pleine effervescence. Le PSG n'avait jamais perdu en déplacement depuis le début de la saison, mais deux buts d'Eric Bauthéac et Valentin Eysseric mettent un terme à la série parisienne, malgré la réduction du score de Zlatan Ibrahimovic.

Eric Bauthéac, buteur face au PSGValentin Eysseric, buteur face au PSG
Bien servi par Cvitanich, Bauthéac garde son sang-froid pour inscrire le premier but de la rencontre.
Alors qu'Ibrahimovic a, entre temps, égalisé, Eysseric tente une reprise de volée : but... et victoire !

Le déplacement à Troyes la semaine suivante connait une fin de match à suspense. Mené rapidement 1-0, Nice va arracher le match nul dans les dernières secondes grâce à un nouveau but de Dario Cvitanich.

Encore un but pour Dario Cvitanich
La joie niçoise après l'égalisation de "Super Dario".

Le match contre Rennes la semaine suivante ne sera pas le plus passionnant de la saison. Profitant des nombreuses fautes des joueurs bretons qui termineront le match à neuf, Dario Cvitanich se charge d'inscrire le seul but du match sur pénalty.

Le salut au public
Les joueurs du Gym saluent leur public.

Pour ce deuxième match consécutif à domicile, les aiglons reçoivent les savoyards d'Evian Thonon-Gaillard. Mené 2-0 après un quart d'heure, Nice va pourtant parvenir à se sortir d'une situation à l'apparence désespérée : un doublé de Dario Cvitanich et le premier but en professionnel de Neal Maupay en toute fin de match permettent finalement au Gym de s'imposer trois buts à deux.

Neal Maupay, premier but
A 16 ans, Neal Maupay devient le deuxième plus jeune buteur de l'histoire de la Ligue 1 derrière Laurent Roussey.

Les aiglons sont sur un nuage mais le dernier match de la phase aller va les faire redescendre sur terre. Malgré une prestation correcte, les niçois vont être sévèrement battus 3-0. Après un début de saison bien compliquée, Nice parvient tout de même à se classer 9ème avec 29 points à la moitié du championnat.

Eric Bauthéac face à Lyon
Eric Bauthéac et les siens n'ont pas réussi à faire chuter les lyonnais.

 

L'envol des aiglons

Lloyd Palun
Lloyd Palun s'envole plus haut que tout le monde.

Comme souvent, la deuxième partie de saison s'ouvre avec les 32èmes de finale de la Coupe de France. Pour ce premier match de l'année 2013, Nice affronte le FC Metz, équipe de national, au stade Saint-Symphorien. Le match est accroché mais, finalement, la logique sportive va être respectée et, en s'imposant trois buts à deux après prolongations, Nice va obtenir son ticket pour les 16èmes de finale.

Retour à Nice où, pour le compte de la 20ème journée de championnat, le public du stade du Ray va avoir droit à un véritable festival offensif : en s'imposant cinq buts à zéro, les aiglons actualisent une statistique qui commençait à dater, il fallait en effet remonter à 1989 pour voir Nice battre Caen sur un score aussi large.

Didier Digard buteur face à Valenciennes
Didier Digard a inscrit le cinquième but de la rencontre.

Le Nord va décidément bien réussir à Nice qui, en déplacement à Lille, va s'imposer deux buts à zéro et prendre la quatrième place du championnat.

Renato CivelliNeal Maupay
Renato Civelli va inscrire le premier but du match en reprenant victorieusement un ballon de la tête.
Neal Maupay, lui, scelle le résultat de la rencontre en inscrivant son deuxième but en Ligue 1.

Dario Cvitanich
Dario Cvitanich a manqué son tir au but.

Seizièmes de finale de Coupe de France dans lequel Nice accueille Nancy. Les lorrains vont subir la pression niçoise et Alexy Bosetti va inscrire le premier but du match. Mais, sur une grosse erreur de Joris Delle, les nancéens vont pouvoir égaliser avant de prendre même l'avantage. Ce n'est qu'à la 96ème minute que Dario Cvitanich remet les deux équipes à égalité en arrachant les prolongations. Plus aucun but ne va être marqué et celui qui avait redonné l'espoir d'une qualification va être malheureux lors de la séance des tirs au but : en ne trouvant pas le cadre, Dario Cvitanich et Timothée Kolodziejczak ne peuvent empêcher l'OGC Nice d'être éliminé de la compétition.

Contre Bordeaux le 27 janvier 2014, Nice va à nouveau s'incliner à domicile par la plus petite des marges. Neal Maupay aurait pu égaliser mais son lob astucieux a trouvé la barre transversale. Quelques jours plus tard, le mercato hivernal s'achève et l'OGC Nice y a réalisé quelques transferts : le départ de Raul Fernandez, gardien sur lequel Claude Puel ne comptait pas ; en sens inverse, Luigi Bruins et Grégoire Puel arrivent à Nice. L'option d'achat de Valentin Eysseric est également levée et Neal Maupay, seulement stagiaire jusqu'à présent, signe son premier contrat professionnel.

Xavier Pentecôte
Blessé de longue date, Xavier Pentecôte a fait son retour face aux Girondins.

Jamais deux sans trois. Non, il ne s'agit pas là de la série de défaites. En déplacement à Brest, Nice va en effet signer une troisième victoire contre les bretons cette saison. Nemanja Pejcinovic et Camel Meriem se sont chargés d'inscrire les buts niçois.

Alexy Bosetti
Alexy Bosetti a également été spectaculaire contre Brest.

Pour la 24ème journée de championnat du 9 février 2013, Nice reçoit Lorient. Le match est assez fermé et ne se débride que dans le dernier quart d'heure. Les lorientais ouvrent le score mais Valentin Eysseric égalise. Dans les dernières minutes, Kévin Anin a l'opportunité d'offrir la victoire au Gym mais sa frappe trouve finalement le poteau.

Kévin Anin
Kévin Anin n'a pas eu de réussite sur cette frappe.

Les matchs à Bastia ne sont jamais faciles. Pourtant, dès les premières minutes, le Gym aurait dû bénéficier d'un pénalty à la suite d'un accrochage sur Neal Maupay. Mais le jeune joueur a l'occasion de se faire justice lui-même en marquant en seconde mi-temps le seul but du match... hors-jeu mais validé.

Neal Maupay
Face à Bastia, Neal Maupay a inscrit le troisième but de sa carrière professionnelle.

Nice - Reims, c'était l'affiche des années 1950 mais, pour le compte de cette 26ème journée, les enjeux sont tout aussi importants : rêve d'Europe pour l'un, maintien en Ligue 1 pour l'autre. Le Gym s'accroche finalement à sa quatrième place en battant les rémois sur le score de 2-0.

Renato Civelli
Renato Civelli a de nouveau repris avec succès un coup franc de la tête.

Alors que Nice rêve d'Europe, le match contre Saint-Etienne va tourner au cauchemar pour Valentin Eysseric. Sur un tâcle non maîtrisé, la cheville du malheureux Jérémy Clément va en faire les frais. L'un terminera sa saison pour des raisons médicales, l'autre la verra achevée par la commission de discipline. Les niçois vont sombrer et s'incliner finalement quatre buts à zéro dans cette rencontre.

Neal Maupay
Neal Maupay n'a pas réussi à faire la différence cette fois-ci.

Après la déconfiture stéphanoise, il est important de vite relever la tête. Pour sa première titularisation en Ligue 1, Stéphane Bahoken va inscrire un doublé face aux montpelliérains et offrir la victoire à son équipe.

Stéphane Bahoken
Pour une première, Stéphane Bahoken ne pouvait pas espérer mieux.

La pelouse de Nancy réussit décidément peu aux niçois. Menés rapidement 1-0, les aiglons auraient dû bénéficier d'un pénalty en seconde période pour une faute sur Alexy Bosetti. Mais l'arbitre en décidera autrement et le score n'évoluera plus.

Kévin Anin
Kévin Anin, comme ses coéquipiers, n'a pas réussi à faire basculer le scénario du match du bon côté.

Pour la première fois depuis le début de la saison, Nice va perdre deux matchs de championnat consécutifs. Face à Marseille, les niçois concèdent rapidement un but sur corner et, bien trop brouillons, ils n'ont que peu de situations pour revenir au score et s'inclinent donc un but à zéro. Le Gym qui avait l'occasion de doubler l'OM au classement reste finalement à la sixième place.

Jérémy Pied
Jérémy Pied n'a pas réussi à bousculer les phocéens.

Alors que les niçois semblent avoir plus de difficulté, le match à Toulouse va complètement les relancer dans cette fin de saison. Eric Bauthéac marque dès les premières secondes mais Toulouse passe finalement devant à la 20ème minute. Sur un coup franc direct, Eric Bauthéac parvient tout de même à égaliser. La deuxième mi-temps est tout aussi folle : Dario Cvitanich marque à la 69ème minute mais Toulouse, réduit à dix après l'expulsion de son gardien, va égaliser à la 90ème minute. Alors que l'on se dirige tout droit vers un match nul, Alexy Bosetti est à son tour exclu mais Kévin Anin, d'une frappe superbe, donne finalement la victoire au Gym dans un match qui restera gravé dans les mémoires !

Eric BauthéacKévin Anin
Eric Bauthéac a inscrit un doublé face au TFC.
Kévin Anin marque le quatrième but niçois au terme d'un match au scénario renversant !

 

Et l'Europe maintenant ?

Alors que la fin du championnat approche, beaucoup s'interrogent sur la possibilité de se qualifier pour la coupe d'Europe. Il faut pour cela que Nice retrouve au moins la quatrième place qu'il occupait il y a encore quelques journées. Face à Sochaux, les niçois ne font pas dans la demi-mesure et les battent logiquement sur le score de trois buts à zéro.

Didier Digard
Didier Digard a inscrit le second but du match.

Le déplacement au Parc des Princes pour y affronter le PSG qui se dirige tout droit vers le titre ne s'annonce pas de tout repos. Menés 1-0 dès la dixième minute, les aiglons font du forcing pour remonter leur handicap mais l'exclusion de David Ospina en deuxième mi-temps scelle tout espoir et Nice s'incline finalement trois buts à zéro.

Joris Delle
Remplaçant Ospina après son exclusion, Joris Delle a été tout proche de sortir ce pénalty de Zlatan.

Luigi Bruins
Luigi Bruins a inscrit son premier but sous les couleurs du Gym.

3-1 après avoir affronté les troyens, quoi de plus logique ? C'est en effet le score final de Nice - Troyes. Le match n'a pourtant pas commencé de la meilleure manière puisque les niçois ont concédé l'ouverture du score.

Mais, loin de s'affoler, ils ont su prendre l'avantage par Renato Civelli puis Dario Cvitanich à la mi-temps, avant d'alourdir finalement le score en seconde période par l'intermédiaire de Luigi Bruins.

Rennes est aussi un déplacement difficile pour le Gym qui ne s'y est pas imposé une seule fois depuis la remontée en Ligue 1 en 2002. Mais cette saison n'est décidément pas comme les autres : en battant les bretons trois buts à zéro, les niçois retrouvent la quatrième place alors qu'il ne reste plus que trois matchs à disputer.

Dario Cvitanich
Dario Cvitanich a inscrit les deux premiers buts face au Stade Rennais.

Le match contre Evian Thonon-Gaillard va prendre une tournure inattendue après un fait de jeu : alors que Dario Cvitanich pense avoir ouvert le score, l'arbitre de la rencontre estime que le ballon n'a pas franchi la ligne et ne valide donc pas le but. Après cela, les joueurs de l'ETG vont prendre confiance et Nice va repartir de Savoie avec quatre buts encaissés, dont un de Saber Khalifa qui, avec un maximum de réussite, va marquer depuis le milieu de terrain en lobbant David Ospina.

Public niçois à Evian
Les supporters niçois sont quelques centaines à avoir fait le déplacement en Savoie.

Nouveau maillot, nouveau logo. Le match contre Lyon en ce 19 mai 2013 a des allures de fête. Peu inspirés, les niçois parviennent tout de même à ouvrir le score par l'intermédiaire de Dario Cvitanich. Pas avares en efforts, les niçois ne vont malgré tout pas réussir à garder cet avantage, Lyon parvenant à égaliser sur un coup franc direct. A un match du terme du championnat, le Gym n'est plus que sixième et le rêve d'une qualification européenne est compromis.

Equipe contre Lyon
Le onze de départ niçois contre Lyon.

Dans cette ultime journée du championnat, l'OGC Nice se déplace à Ajaccio. Pour espérer finir quatrième, les niçois doivent non seulement vaincre les corses, mais également prier pour que le match opposant Lille à Saint-Etienne se termine sur un résultat nul. A la mi-temps, Nice est maintenu en échec et Lille mène face à Saint-Etienne.

Mais en deuxième mi-temps, le destin va s'en mêler : en battant Ajaccio deux buts à zéro et avec l'égalisation stéphanoise à Lille, Nice termine quatrième et se qualifie donc pour la Ligue Europa ; une qualification obtenue avec mérite, le Gym n'étant jamais descendu plus bas que la sixième place durant la seconde partie de saison.

Equipe à Ajaccio
La joie des joueurs niçois après avoir appris le score final du match entre Lille et Saint-Etienne.

En finissant quatrième, l'OGC Nice signe là son meilleur classement depuis 1976, année qui avait vu le club azuréen terminer vice-champion de France. Coupe Intertoto exclue, le Gym n'avait plus joué de rencontres européennes depuis 1997 et la coupe d'Europe des vainqueurs de coupes nationales. A égalité avec le PSG, l'OGC Nice détient le record de la plus grande série de matchs avec au moins un but marqué cette saison (16 matchs, de la 3ème à la 18ème journée). Un bel exploit pour la première saison de Claude Puel à la tête de l'OGC Nice et avec des moyens autant limités.

 

La galerie photos de la saison

Des signatures des joueurs au dernier match des aiglons, revivez les moments forts de la saison 2012-2013 avec le diaporama photos ci-dessous. Cliquez sur une image pour passer à la suivante. 40 photos à découvrir.

OGC Nice
Afficher l'image en taille réelle dans une nouvelle fenêtre

 

Les adieux au stade du Ray

Le Ray, 85 ans d'émotions
Tous les maillots de la saison 2012-2013 étaient floqués du texte "Le Ray, 85 ans d'émotions" sous le logo, côté coeur.

C'était la dernière saison des joueurs de l'OGC Nice au stade du Ray. Les aiglons joueront désormais dans leur nouveau grand stade, l'Allianz Riviera. Ouvert en 1927 et appelé à l'origine "Stade Léo Lagrange", en hommage au sous-secrétaire d'Etat aux sports et à l'organisation des loisirs sous le Front populaire, le stade du Ray aura accueilli les rencontres de l'OGC Nice pendant 54 saisons de première division et 15 saisons de deuxième division.

C'est pourquoi tous les maillots de cette saison étaient floqués de la mention "Le Ray, 85 ans d'émotions". 85 ans de hauts et de bas ; avec des matchs de coupe d'Europe, l'OGC Nice qui bat le Real Madrid trois buts à deux en 1960 avec un triplé de Victor Nurenberg, la victoire trois buts à zéro en 1973 face au FC Barcelone ; et des déceptions comme cette élimination en demi-finale de la coupe de la Ligue face à Vannes en 2009, équipe qui évoluait pourtant en Ligue 2.

Retrouvez le stade du Ray en photos et voyez son évolution au fil du temps.

Stade du Ray années 1930
Le stade du Ray était encore appelé Léo Lagrange dans les années 1930 (photo prise en 1932).

Stade du Ray années 1950
Photo du stade du Ray dans les années 1950 (photo prise en juillet 1952). © Photo : Archives départementales des Alpes-Maritimes, Fonds Dognibene Academia nissarda

Stade du Ray années 1950
Une autre photo du stade du Ray dans les années 1950.

Stade du Ray années 1960
Le 4 février 1960, l'OGC Nice affrontait et battait le Real Madrid au stade du Ray, dans un stade plein à craquer. © Photo : Vincent Gargano

Stade du Ray années 2000
Photo du stade du Ray dans les années 2000. © Photo : Nicolas Tarragoni

 

Rédigé le 26/06/2013
Crédits photos (sauf mentions contraires) : ogcnice.com / ogcnissa.com

© 2004-2021 GD Productions
Tous droits réservés