19 Mai 2022 10:20

La coupe du monde de la ConIFA 2014

La coupe du monde de la ConIFA. On le réécrit une fois de plus pour que vous chassiez de votre esprit l'idée qu'il puisse s'agir d'une faute d'orthographe. Pas du tout. La ConIFA est une organisation qui regroupe des Etats, minorités et régions historiques non affiliés à la FIFA désirant participer à des compétitions internationales. La ConIFA World Football Cup en fait ainsi partie.

Logo coupe du monde 2014

Sommaire :

La NF-Board et la VIVA World Cup
La ConIFA World Football Cup 2014
Mais ils sont fous ces niçois !

La NF-Board et la VIVA World Cup

L'idée d'un tournoi international organisé par une institution autre que la FIFA n'est cependant pas nouvelle. En novembre 2006, la NF-Board, l'ancêtre de la ConIFA, organise ainsi la première coupe du monde hors FIFA nommée VIVA World Cup. Seules trois équipes y participent, le Southern Cameroons n'ayant finalement pas pu prendre part à la compétition en raison d'un problème de visas. Le niveau des équipes est bien loin d'être homogène et la finale entre la Laponie et Monaco est certainement la plus prolifique lors d'une finale de coupe du monde : les monégasques sont sévèrement battus 21 buts à 1 !

En 2008, la seconde édition de la VIVA World Cup est organisée. Cinq équipes y prennent part et le niveau des matchs est plus équilibré. Avec quatre défaites en autant de matchs, la Provence termine tout de même bonne dernière. La Padanie, une région au nord de l'Italie, s'impose en finale deux buts à zéro face aux Araméens, une région du centre de la Syrie.

Equipe du Kurdistan
L'équipe du Kurdistan soulevant la VIVA World Cup 2012.

La Padanie remporte à nouveau la compétition en 2009 en battant le Kurdistan en finale sur le score de 2-0, six équipes y ont pris part cette fois-ci. L'édition de 2010 est organisée pareillement et la finale a comme un air de déjà-vu : la Padanie s'impose à nouveau contre le Kurdistan, par le plus petit des scores, et remporte la compétition pour la troisième fois.

Mais le Kurdistan parvient enfin à mettre la main sur le trophée en 2012 en faisant chuter la Chypre du Nord deux buts à un. Malgré l'absence de participation de la Padanie, neuf équipes sont toutefois en lice au début du tournoi dont l'importance a bien grandi par rapport au premier organisé en 2006. Pourtant, il constitue le dernier organisé à ce jour par la NF-Board. L'absence de nouvelles compétitions organisées conduit bien évidemment au déclin de l'institution et la ConIFA entre en jeu en 2013 en annonçant dès l'année suivante la première édition de sa ConIFA World Football Cup.

 

La ConIFA World Football Cup 2014

Entraineur occitan
L'entraîneur de l'équipe d'Occitanie.

Organisée une nouvelle fois en Laponie, la compétition met aux prises 12 équipes internationales, la plupart ayant déjà participé à la VIVA World Football Cup. Mais un mois avant le début de la compétition, le Québec et le Zanzibar doivent déclarer forfait pour diverses raisons ; une situation qui va profiter à l'Ossétie du Sud et au Comté de Nice qui les remplacent au pied levé.

Quatre groupes de trois équipes s'affrontent, les première et seconde places de chaque groupe permettent de se qualifier pour les phases finales. Si les matchs sont assez serrés, le Darfour ne marque pas un seul but mais en encaisse 61 sur les quatre matchs auxquels il prend part (deux matchs de groupe et deux matchs de classement) et termine donc logiquement à la dernière place. Toutefois, cette contre-performance sportive est à relativiser, le Darfour étant un pays en guerre et la plupart des joueurs n'évoluant même pas dans des championnats amateurs. Leur présence dans le tournoi a été possible grâce à l'argent d'un mécène et démontre aussi que ce type de compétition n'a d'intérêt sportif que si les échanges sociaux et culturels sont également abordés.

Equipe du Darfour
L'équipe du Darfour.

La Padanie, favorite du tournoi, chute en quarts de finale en s'inclinant deux buts à un face au Comté de Nice. L'un des autres quarts de finale qui oppose les Araméens à l'Occitanie, incapables de se départager lors du temps réglementaire, connaît une longue séance de tirs au but finalement cruelle pour les français qui s'inclinent sept tirs au but à six. Les demi-finales sont prolifiques en buts marqués : dans le match des repêchés en début de tournoi, le Comté de Nice score par trois fois face à l'Ossétie du Sud, une région revendiquée par la Géorgie ; l'Ile de Man s'impose, elle, quatre buts à un face aux Araméens.

Equipe d'Ellan Vannin
L'équipe de l'Ile de Man.

L'Ile de Man et le Comté de Nice se retrouvent ainsi pour la deuxième fois dans la compétition. Réduits à dix, deux pénaltys concédés, et finalement une défaite 4-2 : le premier match de la sélection niçoise a été un échec. Mais le deuxième contre l'Ile de Man ne connaît pas la même issue : largement dominateurs, les niçois ne parviennent cependant pas à trouver le chemin des filets. Il faut ainsi attendre la séance des tirs au but pour voir le Comté de Nice s'imposer cinq tirs au but à trois et remporter la première ConIFA World Football Cup.

 

Mais ils sont fous ces niçois !

Supporters niçois
Les supporters niçois fêtent la victoire des leurs à l'aéroport.

Ils ont été des centaines à l'aéroport à attendre l'arrivée des joueurs niçois de la Selecioun, le surnom en nissart donné à l'équipe du Comté de Nice. Entre fumigènes et chants, les supporters n'ont pas ménagé leurs efforts pour fêter comme il se doit ce titre de champion du monde. Une situation presque surréaliste par rapport au prestige de la compétition mais l'occasion est trop belle. Et puis ces joueurs, amateurs pour la plupart, méritent bien un tel accueil.

Il faut dire qu'eux aussi se sont lancés dans une aventure peu commune. La Selecioun n'aurait dû sortir de terre qu'en septembre 2014 mais la qualification pour la Coupe du Monde ConIFA à la fin du mois d'avril a accéléré son développement. En un mois de temps avant le début de la compétition, tout reste donc à faire : moyens de transports, logements, maillots et bien sûr savoir quels joueurs convoquer. Ces derniers n'ont finalement l'occasion que de faire quelques entraînements ensemble mais l'harmonie du groupe va prendre le dessus sur la préparation sportive.

Coupe de la ConIFA
Jordy Sanches Silva avec la coupe du monde de la ConIFA 2014.

- 31 mai : Départ pour Milan avec le bus que l'OGC Nice a mis à disposition. Quelques supporters viennent à la rencontre des joueurs et leur souhaitent de gagner le titre. Puis, arrivée à l'aéroport de Milan, vol à destination de Copenhague, et un hôtel réservé qui va s'avérer être... fermé.
- 1 juin : Direction Östersund, là où se déroule la compétition, en voitures avec lesquelles les joueurs roulent une bonne partie de la nuit. Un peu de repos bien mérité à l'arrivée. Mais pas trop, le premier match a déjà lieu le lendemain.
- 2 juin : Le premier match de la Selecioun tourne au cauchemar : défaite 4-2 contre l'Ile de Man. Mais les niçois ne savent pas encore qu'une revanche va les attendre en finale.
- 3 juin : Le lendemain, match à 19h, contre le Haut-Karabagh : une victoire 1-0 grâce à un but inscrit dès les premières minutes permet au Comté de Nice de terminer deuxième de leur groupe et d'accéder aux phases finales.
- 4 juin : La Selecioun a à peine le temps de souffler qu'elle joue déjà son troisième match en autant de jours. La Padanie va marquer sur son unique occasion dans ce premier quart de finale de la matinée mais le Comté de Nice, dominateur, ne va pas laisser passer l'occasion de s'imposer (2-1).
- 6 juin : En demi-finale, l'Ossétie du Sud ne va pas voir le jour et subit la pression niçoise (3-0). Un match où les contacts ont été rugueux.

Frank Delerue
Frank Delerue a fait les frais de l'engagement des joueurs de l'Ossétie du Sud.

- 8 juin : Voici déjà la finale, qui témoigne du rythme soutenu de la compétition avec ce cinquième match en une semaine. Pour la dernière fois, Nissa la Bella, l'hymne niçois, est jouée et reprise à pleins poumons par les joueurs de la Selecioun. On a déjà parlé du scénario du match. Quelques jours avant le départ pour la Laponie, Jean-Philippe Mattio, co-sélectionneur avec Frédéric Gioria, a déclaré vouloir "être le Danemark 92" (non qualifié pour l'Euro 1992 en Suède, le Danemark avait créé la surprise en remportant la compétition). Mission réussie.

Nice championne du monde
Le comté de Nice est champion du monde en remportant la ConIFA World Football Cup 2014.

 

Rédigé le 13/07/2014

© 2004-2022 GD Productions
Tous droits réservés